Pour la seconde fois, la Maison Veuve Clicquot dévoile son baromètre international, lequel dresse un état des lieux de l’entrepreneuriat féminin actuel : les préjugés courants, les barrières mentales et structurelles à lever, et comment surpasser tout cela.

Veuve Clicquot a toujours été aux côtés des femmes audacieuses, et ce depuis 1972, année de lancement de son Prix de la Femme d’Affaires, désormais connu sous le nom de programme « Bold by Veuve Clicquot ». Cherchant sans relâche à comprendre comment le monde évolue, nous voulons être un élément moteur du changement et apporter une réelle contribution, en particulier dans le domaine de l'entrepreneuriat féminin.

C'est la raison pour laquelle la Maison a lancé en 2019 son premier baromètre international sur l'entrepreneuriat féminin. L’objectif est de cartographier et d'obtenir une image claire de l'état actuel de l'entrepreneuriat féminin en identifiant les préjugés courants, les barrières mentales et structurelles, ainsi que la manière de les dépasser et d'engager un débat public. La première édition de ce baromètre international a couvert 14 pays et 28 741 répondants y ont participé (échantillon représentatif dans chaque pays).

OBSERVER ET COMPRENDRE L'ÉVOLUTION DE L'ENTREPRENEURIAT FÉMININ DANS LE TEMPS

L'une des ambitions ayant sous-tendu la création de ce baromètre était également d'observer et de comprendre l'évolution de l'entrepreneuriat féminin au fil du temps. Veuve Clicquot a donc lancé la seconde édition de son baromètre en 2021, couvrant cette fois 17 pays et 34 622 répondants (échantillon représentatif), et étudiant l'impact du COVID sur l'entrepreneuriat féminin.

Découvrez les baromètres

LES FEMMES TRANSFORMENT LES DÉFIS DU COVID EN TRIOMPHES

La pandémie mondiale a suscité des inquiétudes quant au financement et à la capacité des femmes entrepreneures à faire face à la crise du COVID-19 : Parmi les femmes concernées, la principale crainte était de voir le financement des projets d'entrepreneuriat féminin diminuer en raison de la crise, les femmes entrepreneures japonaises (62 %), mexicaines (64 %) et nigérianes (65 %) se montrant les plus préoccupées par la question. De ce fait, bon nombre d’entre elles font preuve d’une plus grande prudence dans leurs relations commerciales et déclarent se sentir beaucoup moins sûres d'elles, en particulier les Sud-Coréennes (59 %), les Japonaises, les Russes et les Suissesses (63 % dans chaque pays).

Et pourtant, les femmes transforment les défis du Covid en triomphes. Dans 7 pays (Afrique du Sud, Australie, Japon, Mexique, Nigeria, États-Unis et Suisse), les femmes déclarent aujourd'hui avoir davantage confiance en elles dans leurs activités commerciales et se disent plus audacieuses sur le plan professionnel qu'avant le déclenchement de la crise. Dans 11 des 17 pays, un tiers ou plus ont trouvé de nouvelles opportunités pour créer leur entreprise grâce au rebond post-Covid.

Découvrez les baromètres

Le baromètre Veuve Clicquot est l'un des rares outils permettant de comprendre véritablement l'état de l'entrepreneuriat féminin à l’heure actuelle. En effet, celui-ci ne collecte pas uniquement des données auprès des femmes mais aussi de l'ensemble de la population, nous fournissant ainsi une vision globale et à long terme de la société dans toute sa complexité.

Dans la moitié des pays interrogés, le niveau d'entrepreneuriat est par exemple plus élevé chez les femmes et les hommes de moins de 40 ans que chez celles et ceux au-dessus de cette tranche d’âge.

Veuve Clicquot est convaincue que torpiller les idées préconçues, supprimer les barrières structurelles et sociétales et offrir un support et des formations aux femmes leur permettra d'aller de l’avant et de faire le premier pas en direction de l’entrepreneuriat. Dans les 17 pays interrogés, les femmes sont par exemple moins nombreuses que les hommes à se considérer comme des entrepreneures. Cette disparité hommes-femmes au niveau de l’entrepreneuriat est la plus forte aux États-Unis (24 %), en Russie (18 %), au Royaume-Uni, en Italie et en Australie (13 % chacun) et la plus faible au Nigeria (1 %), au Japon et au Mexique (4 % dans les deux pays). Dans chacun des pays que nous avons sondés, les femmes sont en outre plus nombreuses à déclarer être inspirées par des femmes entrepreneures que par des hommes entrepreneurs.

LA DÉTERMINATION ET LA CONFIANCE EN SOI SONT LES ATOUTS LES PLUS IMPORTANTS QUE PEUT POSSÉDER UNE FEMME ENTREPRENEURE QUI RÉUSSIT

La dernière édition du baromètre met en lumière le fait que les femmes se heurtent à des obstacles structurels majeurs à l’entrepreneuriat, en particulier lorsqu'il est question de trouver un équilibre entre travail et responsabilités familiales. Cette difficulté intrinsèque est peut-être la raison pour laquelle, dans 11 des 17 pays étudiés, la plupart des femmes pensent que l'entrepreneuriat féminin perturbe la vie familiale, tandis que dans presque tous les pays (16 des 17 pays sondés), seule une minorité de femmes estime qu'il en va de même pour l'entrepreneuriat masculin. En outre, dans la plupart des pays interrogés, environ la moitié des « wantrepreneures » (personnes envisageant de se lancer dans l’entrepreneuriat) pensent qu'elles doivent agir davantage comme des hommes pour réussir en tant qu'entrepreneures (l'Italie, le Japon, le Mexique, la Corée du Sud et l'Espagne font exception).

Toutefois, les femmes que nous avons interrogées pensent également que la détermination et la confiance en soi sont les atouts les plus importants que peut posséder une femme entrepreneure.

Découvrez les baromètres

MÉTHODOLOGIE DU BAROMÈTRE

Méthodologie de la 1ère édition :

-Panel en ligne

-L'enquête en France a été réalisée en juin 2018 -L'enquête au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, au Japon et à Hong Kong a été réalisée en novembre 2018.

-L'enquête aux États-Unis, en Australie, au Canada, en Russie, en Allemagne, en Espagne, en Italie, en Corée du Sud et en Belgique a été réalisée en septembre 2019.

-Les panélistes ont été filtrés d’après leur âge, leur sexe et leur zone géographique (le cas échéant), avec l’application de quotas afin d'obtenir une population représentative au regard de ces attributs lors de l’enquête.

Méthodologie de la 2nde édition :

-Panel en ligne

-L'enquête sur les 17 marchés (États-Unis, Royaume-Uni, France, Belgique, Mexique, Japon, Canada, Australie, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne, Nigeria, Afrique du Sud, Russie et Hong Kong) a été menée entre décembre 2020 et janvier 2021.

-Les panélistes ont été filtrés d’après leur âge, leur sexe et leur zone géographique (le cas échéant), avec l’application de quotas afin d'obtenir une population représentative au regard de ces attributs lors de l’enquête.